L'église Saint-Etienne expose l'un de ses trois cloches à Saint-Abraham (56)

l eglise saint-etienne expose l un de ses trois cloches a saint-abraham (56)

Réparée une des cloches de l’église de Saint-Abraham est exposée, depuis le 5 avril, à l’entrée principale de la paroisse. Elle sera remontée d’ici deux semaines pour rejoindre les deux autres cloches.

« Stéphanie, Louise, Jeanne, Aimée et Marie. Des prénoms inscrits sur l’une des cloches de l’église Saint-Etienne, dans la commune de Saint-Abraham. En haut de la cloche, sont mentionnés les noms de ceux qui sont à l’origine du baptême de « la cloche n° 1 » : les abbés Louis Burban et Jean Huet, Mlle Aimée Puissant et Mme Pierre Molac. 


L’instrument, qui pèse environ 492 kg, est exposé depuis ce jeudi à l'entrée principale de la paroisse. La cloche venait d’être réparée suite à une fêlure au niveau de la bélière. « Elle n’avait plus touché terre depuis 1924 », avance le maire-adjoint Jean-Marie Bey, se référant à l’année de son inauguration. Chaque année, les trois cloches de la paroisse sont entretenues avec le plus grand soin. « L’année dernière, les artisans ont découvert sur l’une d’elles qu’elle présentait un éclatement de l’anse principale dû à l’oxydation de sa bélière, raconte Jean-Marie Bey. Cette pièce métallique permet d’accrocher le battant à l’intérieur de la cloche ».


8 000 € de réparation 


Devant ce constat, la municipalité s’engage à rénover l’instrument. Dès janvier, elle confie la réparation, qui coûte 8 000 €, à une société de campanologie. « Nous avons fait appel à un habitant et à son tracteur pour charger la cloche dans le camion. Les artisans de la société Alain Macé ont dû la mettre à l’envers pour remplacer la pièce. Les deux autres cloches, plus petites, sont accrochés dans le clocher pour assurer les sonneries de messes ». 


La date de retour étant fixée pour Pâques, la cloche fera finalement sa rentrée jeudi, en fin de matinée, stationnée à l’entrée principale, à la vue du public. « Je ne sais pas combien elle pèse. Juste qu’elle s’appelle Stéphanie », sourit un employé communal qui s’occupe du jardinage près de l’église. 


La cloche devrait rejoindre les deux autres « dès le 23 avril, indique Jean-Marie Bey. Elle sera donc prête à être sonné pour commémorer le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, en novembre ». Ce qui n’empêchera la paroisse de faire profiter aux fidèles des vibrations émanant de la tour en amont. »


Article du journal Ouest France, pour retrouver l’article dans son intégralité